Chronologie de la SF

Chronologie de la Science-Fiction

Posted on Posted in Dossiers

Découvrez (ou redécouvrez) la Science Fiction en vingt dates majeures. Vous retracez ainsi, de chefs d’oeuvres en livres fondateurs, toute l’Histoire de ce genre romanesque vieux de plus de cent ans. Ces vingt dates ont été choisies avec une totale subjectivité, la liste ci-dessous ne se voulant pas exhaustive.

1818 : Frankenstein, né d’un éclair de génie

Mary Shelley, jeune Anglaise âgée de seulement 18 ans, publie sous un pseudonyme son livre « Frankenstein ou le Prométhée moderne ». Victor Frankenstein, savant brillant et précurseur, fuit la créature à qui il a insufflé la vie. Acculé à l’extrême Nord du monde, il décide de se confier au Capitaine Walton et lui raconte son aventure.

Mary Shelley, en signant un roman où la science se mèle à la légende, jalonne les futures bases de la Science Fiction.

1865 : De la Terre à la Lune, une oeuvre visionnaire

Qui pouvait imaginer que dans un bureau de la Bourse de Paris a travaillé l’un des plus extraordinaires écrivains français ? Jules Vernes, génial et talentueux, a dès 1865 imaginé l’arrivée de l’homme sur la Lune. Un petit livre pour l’homme, un chef d’oeuvre pour la littérature ? Malgré de réelles incohérences scientifiques, ce livre d’aventure, de « science-fiction » avant l’heure, reste un classique incontournable. À consommer sans modération, la tête dans les nuages et les deux pieds bien sur Terre.

Dans le roman de Jules Verne « De la Terre à la Lune », la science devient fiction.

1895 : Et si les siècles devenaient un terrain de jeux ?

HG Well, en 1895, explore pour la première fois la notion de voyage dans le temps. Et si un narrateur anonyme venait conter ses aventures au-delà des siècles ? Il pourrait nous raconter le monde tel qu’il sera en 802 701. Un univers si différent du nôtre… Et pourtant, le monde de Science Fiction de HG Wells n’est que le reflet des craintes – ou des espoirs – de sa propre époque.

Avec HG Wells, un nouvel univers temporel s’ouvre à tous les romanciers. L’imagination ne dépasse plus seulement les années, elle les transcende.

1896 : Les premières Chimères de la génétique

Alors que Mendel, par une géniale intuition, a entrebaillé les portes de la génétique moderne, HG Wells ouvre une nouvelle boîte de Pandore en s’intéressant aux dérives possibles de la science nouvelle. Sur une île perdue au milieu de l’oécan, un scientifique avide de nouvelles découvertes façonne de terrifiantes créatures, mi-humaines, mi-bêtes.

Un siècle avant la brebis Dolly, HG Wells le visionnaire s’interrogeait déjà sur les risques que nous feraient encourir, un jour, tous les apprentis sorciers.

1898 : Les petits hommes verts attaquent !

À une époque de toute puissance européenne, HG Wells remet en cause l’impérialisme occidental et dénonce un excès d’orgueil. La planète rouge devenue trop petite pour ses habitants, les Martiens décident de conquérir d’autres espaces. Ils jettent leur dévolu sur l’Angleterre dont les forces armées seront balayées en seulement quelques jours.

En offrant à l’Europe le visage d’un continent colonisé, HG Wells dénonce les maux qu’elle a infligés à d’autres. La Guerre des Mondes est un autre livre incontournable et fondateur de la littérature Science Fiction.

1902 : Et la Science-Fiction s’offre le cinéma

Le premier film de Science Fiction date de 1902 et a été réalisé par Georges Méliès. « Voyage dans la Lune » relate les aventures d’un groupe d’astronomes propulsés vers notre satellite. Les effets spéciaux, pour l’époque, étaient exceptionnels et le film connut un immense succès.

Le Septième Art, riche des livres de Jules Vernes et HG Wells, s’invitait dans le monde de la Science Fiction.

1926 : Magazines et Science-Fiction

En 1926 paraît aux Etats-Unis le premier magazine de Science Fiction. Amazing Stories propose aux lecteurs de découvrir, à chaque numéro, des histoires prenant pied dans des univers inconnus qui ont en commun un niveau scientifique très avancé. Hugo Gernsback popularise le terme de Science-Fiction, toujours usité aujourd’hui.

1933 : La Bête ravit la Belle. Est-ce l’inverse ?

King Kong sort au cinéma. Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack présentent leur oeuvre au radio City Music Hall de New York, le plus grand cinéma de l’époque. Le film connaîtra un succès planétaire. Audacieux sur le plan technique, il propose aussi une belle histoire épique, entre amour et haine, avidité et générosité. La Bête est-elle celle que l’on pense ?

1938 : L’homme au pyjama bleu et au slip rouge…

Superman a marqué plusieurs générations, que ce soit en comics ou à l’écran. Qui, un jour, ne s’est pas surpris à rêver être un super héros. Nous pouvons tous nous identifier au timide journaliste du Daily Planet. Mais nous aimerions bien, aussi, croire en notre facette de super-héros. Et si notre kryptonite n’était que notre quotiden, avec sa routine ?

1943 : Asimov lance son cycle Fondation

Isaac Asimov publie dans la revue « Astounding » une série de nouvelles intitulée « Fondation ». Dans un empire futuriste en déclin, un homme tente de donner un sens à son monde en se servant de la science.

Ces nouvelles seront ensuite publiés en une trilogie de livres et connaîtront le succès que l’on sait.

1943 : Big Brother is watching you

En 1949 Orwell publie 1984. Alors que la Guerre Froide bat son plein, après un conflit ayant laissé la part belle aux propagandes de tous les camps, Orwell propose un monde totalitaire… très proche du modèle soviétique.

Aujourd’hui encore, 1984 reste d’actualité à l’heure où les nouvelles technologies de l’information menacent chaque jour un peu plus nos libertés.

1950 : Les robots d’Asimov

Asimov, en 1950, publie une série de nouvelles où il s’interroge sur la place que prendront, un jour, les robots dans nos sociétés. En filigrane, c’est la notion même d’humanité qui est remise en cause. Un robot, un jour, gagnera-t-il son humanité ? Qu’est-ce qui, finalement, nous rend si différents d’eux ? Une intelligence… Ils peuvent raisonner. Une âme ? En avons-nous une ?

Les seules lois de la robotique nous protègeront-elles des robots ?

1953 : Fahrenheit 451, un livre incendiaire ?

Ray Bradbury, dans Fahrenheit 451, nous brosse le portrait atypique d’un pompier qui boute le feu aux livres pour étouffer les braises de la sédition. Aujourd’hui encore, ce roman est lancé comme un cri dans le désert, un plaidoyer pour une plus grande considération de la culture dans nos sociétés.

Aujourd’hui les livres ne brûlent plus en Europe ou aux Etats-Unis. Aveuglés par l’image, on se contente de les oublier sur les étagères de nos bibliothèques.

1962 : Spiderman tisse sa toile

En 1962 est lancé le personnage de Spiderman. Un adolescent timide se retrouve du jour au lendemain, suite à la morsure d’une araignée, doté de pouvoirs spéciaux inimaginables. S’ensuient de multiples aventures contre des méchants plus hargneux les uns que les autres.

L’homme araignée s’impose, aujourd’hui encore, comme l’une des figures de la culture populaire américaine.

1965 : Dans le désert de Dune, l’épice

Franck Herbert publie en 1965 le premier volet de Dune. Il offre à ses lecteurs un monde futuriste désenchanté, toujours déchiré par les mêmes tyrannies et les avidités de quelques grands seigneurs. Et pourtant… Sur une planête désolée, source de toute l’épice produite dans l’univers connu, survit un peuple fier et jaloux de sa liberté.

Dune sera adapté au cinéma en 1984 par David Lynch, avec un résultat plus ou moins heureux.

1966 : Star Treck, monument américain de la Science Fiction

Quand la télévision rencontre la Science-Fiction, le rejeton s’appelle Star Treck. Entre 1966 et 1969, pas moins de 79 épisodes seront diffusés aux Etats-Unis. Ils relatent tous les aventures de l’équipage de l’Enterprise, vaisseau interstellaire commandé par le capitaine Kirk et secondé par… Vous ne voyez pas ? Il a un faux air d’elfe… Oui ? J’ai entendu son nom, il s’agit bien de l’inimitable Mr Spock, étrange extraterrestre et fidèle compagnon, l’ami de toutes les expéditions les plus hasardeuses.

1977 : Il était une fois, dans une galaxie lointaine, très lointaine…

Une Princesse poursuivie par un homme terrifiant, le visage masqué par un casque effrayant. Un preux chevalier se dressera dans le désert et viendra à son secours, accompagné par une improbable créature plus velue que Demis Roussos et un aventurier un peu cabot. Le premier épisode de Star Wars, porté à bout de bras par son concepteur et réalisé à peu de frais, connaît un succès planétaire.

La plus grande saga du cinéma moderne vient de naître.

1982 : E.T. téléphone maison

Une adorable créature est oublié sur la planète Terre. Recueillie par des enfants, elle devra contacter les siens tout en évitant soigneusement les dangereux scientifiques, avides de découvertes nouvelles.

Un conte merveilleux sur fond de Science-Fiction qui lancera véritablement la carrière d’un grand cinéaste.

2012 : L’attente de la fin du monde

La fin du monde était annoncée pour 20012. Malheureusement, ou heureusement, selon le point de vue, rien ne s’est passé et nous sommes toujours là. Mais cette grande peur a donné vie à de nombreuses heures de SF, plus ou moins réussies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *