Les âmes croisées

Les âmes croisées, de Pierre Bottero

Posted on Posted in Livres de Science-Fiction

Le dernier livre de Pierre Bottero, décédé accidentellement, plonge le lecteur dans un monde surprenant, entre tradition heroic-fantasy et univers post-apocalyptique.

L’histoire des âmes croisées

ames-croisees-couvNawel est une jeune Perle. La fille de l’une des plus influentes familles d’AnkNor, l’une des douze cités. Elle vit une enfance insouciante, sûre de sa supériorité… Mais un jour, bousculée par une Cendre, caste inférieure, elle ordonne à son encontre un châtiment cruel. La jeune femme punie ne résistera pas aux coups de fouet.

Nawel va être bouleversée en apprenant la portée de son geste, et le cynisme déployée par sa mère pour couvrir sa fille et éviter tout mouvement de colère de la part du peuple. Elle va progressivement s’éloigner de ses amis. Quand l’âge arrivera de choisir sa robe, la caste dirigeante à laquelle elle voudra bien se vouer, se conformera-t-elle au choix attendu par sa famille ? Ou prendra-t-elle une voie tout à fait différente, sur le chemin d’une autre connaissance d’elle-même.

Commandez Les âmes croisées sur Amazon

Pourquoi faut-il le lire ?

Pierre Bottero a su imposé son univers à de nombreux lecteurs. Les âmes croisées, son dernier roman, aurait dû s’inscrire dans un cycle qui ne viendra jamais. Sa richesse, donc, nous échappe en partie, et on pressent que certains personnages auraient joué un rôle bien plus grand dans d’autre opus. Pour l’instant, en effet, certains personnages montrent une personnalité juvénile, peu affirmée et qui auraient gagné à dépasser l’esquisse…

Mais cela ne doit pas vous empêcher de le lire. Vous y découvrirez un monde étonnant, qui à mon humble avis puise son inspiration dans de nombreuses sources de la SF comme de la fantasy. On ne peut s’empêcher de penser à des oeuvres comme La Tour Sombre par exemple, avec cette ville lointaine et mythique, abandonnée par les Anciens. De même, la cité d’AnkNor rappelle Kirkwall, la ville du jeu vidéo Dragon Age II.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *